top of page
Rechercher

Eh, bonjour vulnérabilité, humilité !


Il a suffi que j’accepte une mission que je sentais lourde pour moi dans l’intention de rendre service pour que mon corps me stoppe. Trop Joseline, trop ! Tu t’es oubliée dans ce vouloir aider. Une fois de plus, tu as glissé en pensant aux besoins des autres avant les tiens. Tout ça aurait pu se vivre autrement, je le vois bien maintenant. Je vois la pression que je me mets pour honorer un rôle qui de toute évidence m’épuise. Sacrée leçon ! Aujourd’hui, je suis au repos forcé puisque je ne voulais pas entendre les messages. Pourtant, je le sentais, je voyais même là où ça m’emmènerait et j’ai quand même priorisé l’autre avant moi.


Quel magnifique enseignement !


Je réalise l’importance de la confiance. Confiance en mon âme, en mon être intérieur profond, en la Vie. C’est comme si une partie de moi voulait garder encore les commandes. Incroyable conditionnement que celui de ne pas se considérer comme un être précieux, fragile et fort à la fois.

Fragile quand je m’oublie, fort quand je fais abstraction de mes sentiments de devoir plaire et répondre à un besoin extérieur à moi. (Témoignage du 4 octobre où je vibrais la Vie pleinement, où je m’accueillais dans ma totalité).


Vulnérabilité !


J’avance à mon rythme sur la voie de la guérison. Juste écoute Joseline, écoute, fais confiance à plus grand que toi et accueille cette partie de toi qui a encore besoin d’être reconnue, aimée sans doute. Vois ton chemin parcouru et continue tranquillement sans vouloir, sans t’obliger, juste être.


Humilité !


Merci La Vie.

11 oct 2023

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Eh, bonjour La Vie ! Combien tu me surprends chaque jour davantage, le fait d’abandonner progressivement le contrôle m’entraine à vivre les choses autrement. Je suis de plus en plus à ton écoute et je

Alors que je me prépare au café Klatsch de BiObernai https://www.biobernai.com/.../Programme/Cafe-Klatsch.html les 16/17 sept prochain pour le salon de l'Agriculture, de la Terre et des Hommes, je re

bottom of page